D’un bon pied

(ou pas)

(Im)postures

Bottines de la marque Vivobarefoot (je vous conseille leurs chaussures de randonnée et de sport) rapidement choisies et enfilées, vendredi vers 06h30 du matin, et dès le début d’après-midi, le verdict est très clair : je souffre.

13 km dans Paris plus tard, mes pieds et moi-même sommes profondément malheureux.

Ce sont mes premières chaussures barefoot “habillées”, que j’avais achetées une pointure plus petite que la mienne en suivant des indications sur internet. D'”un peu étroites mais ça va”, elles sont passées à franchement trop courtes.

Mes pieds se sont considérablement élargis ces dernières années avec le port immodéré de chaussures barefoot dans lesquelles mes pieds sont heureux et libres.

J’ai retrouvé ce week-end des sensations que je ne connaissais plus et qui sont le lot de bien des gens: des orteils pressés les uns contre les autres, des débuts d’échauffement aux points de frottement, un pied qui bute constamment dans l’avant de la chaussure, une impression d’enfermement et d’oppression.

Si je place mes pieds sur les chaussures, cela se voit que mes pieds ne peuvent pas rentrer dedans.

Je n’ai pas le pied spécialement large, pas spécifiquement étroit non plus.

Mais j’ai le pied vivant, mobile et souple et mes orteils ont repris ces dernières années leur place.

Un pied naturel c’est un pied avec des orteils qui s’étalent, sans déformations, sans oignons, sans pathologies (même si on est persuadé que “c’est génétique”).

Nous procédons par mimétisme et reproduisons des attitudes posturales de personnes au corps déformé qui, très souvent, nous déforment de façon similaire.

Groundies, une marque de chaussures Barefoot largement plébiscitée (elle propose de belles chaussures de ville) propose, ce qui m’irrite grandement, des chaussures “avec espace anatomique pour les orteils” et d’autres “avec espace normal pour les orteils”.

La norme, c’est, selon Le Robert, un “état habituel, conforme à la majorité des cas.” Selon Le Larousse, il s’agit d’une “règle, [un] principe, critère auquel se réfère tout jugement”.

Ainsi, ce qui est normal, normé, n’est pas forcément ce qui est juste, vrai, mais à ce qui se réfère à la majorité des cas.

En l’occurrence, là, pour l’anatomie, une déformation devient une norme.

Cela fait écho à cet échange, en formation, durant le week-end :

La position neutre (normale, normée) du bassin est-elle l’antéversion?

La réponse est que l’antéversion devrait être la norme, par conséquent, le bassin ainsi placé le corps dans une neutralité – exempte de tensions.

Nous avons une foule de termes précis à disposition, mais préférons, pour de multiples raisons (mieux vendre, plaire au plus grand nombre par exemple) entretenir le flou:

Les chaussures anatomiques sont distinguées des chaussures normales, le bassin est neutre sans nommer l’antéversion (qui pourrait heurter des idées reçues).

En substance, notre pensée est souvent déformée et étriquée, à force de vouloir la faire rentrer dans des chaussures inadaptées, trop courtes et trop étroites.

Alors OSONS sortir de la norme sociétale pour revenir à ce qui est juste, lever le voile de la Māyā- voile de l’illusion -qui nous empêche, à cause de nos conditionnements et croyances, de voir les choses telles qu’elles sont réellement.

C’est ce que le Yoga propose.

C’est ce que l’Ayurveda propose.

(Et puis portez des chaussures Barefoot, mais à votre taille.)



Recevez des conseils, des articles, des postures, des réflexions et des nouvelles autour du Yoga directement dans votre boite mail !

/